Les 4 Accords Toltèques

Vous en avez entendu parler, mais vous ne les avez pas encore lus :
Les 4 Accords Toltèques de Miguel Ruiz.

Résultat de recherche d'images pour "images accords toltèques"

Ce livre fait partie de ceux qu’il faut avoir sur sa table de chevet, de ceux qu’on peut lire et relire, comme autant de rites initiatiques. Sa lecture nous parle de nous. De nous, à cet instant présent.
En lisant les 4 accords, vous les intelligibilisez. Ils deviennent simples, audibles, reconnaissables. Mais la façon d’écrire, très peu littéraire, de Miguel Ruiz, loin de présenter de façon universitaire des leçons de vie, nous questionne à chaque accord. En lisant, il fait émerger, comme par maieutique, une question sur une préoccupation actuelle. Son propos est large et questionnant. De fait, notre esprit se saisit de la question induite et opère à la transformation. Notre esprit se questionne, par ce nouveau prisme, et essaie sa nouvelle lecture de l’événement.

Qu’est-ce qu’un « accord » ?

Le Larousse nous dit qu’il s’agit de l’état des relations entre personnes ou groupes qui n’ont pas ou n’ont plus de motifs de s’opposer en matière d’idées, de sentiments, d’intérêts.
Et le Larousse ajoute : Entente, harmonie.

Les 4 accords que nous propose Miguel Ruiz ont pour but ultime cette harmonie, cette entente. Une harmonie multiple.
– L’harmonie entre Vous et Vous
– L’harmonie entre Vous et les autres
– L’harmonie entre Vous et le monde comme entité mystique.

Passer les 4 accords Toltèques avec le monde qui vous entoure, c’est permettre de vivre une harmonie avec vous, avec l’Autre et avec le monde. Pas à pas, bien sûr, c’est prévu par Miguel Ruiz et son quatrième accord ! Tout ne va pas venir en une fois, chacun fait de son mieux. Passer ces 4 accords, c’est se donner le but de parvenir au calme. Un bien grand but !

Les 4 Accords

  • Que votre parole soit impeccable
    Le Verbe est puissant. « Au commencement était le Verbe » nous dit un Livre bien connu. N’utilisez les mots QUE de façon juste, en ayant conscience de leur force, à la fois à votre égard et à celle des autres. Chaque mot doit être pensé et juste.
  • N’appréhendez rien de façon personnelle
    Votre vie est focalisée sur vous. La vie des autres est focalisée sur eux. La réaction de chacun, son positionnement, ses croyances, dépendent de lui. Pas de vous. Les faits, gestes, paroles de l’autre s’adressent à lui et parlent de lui, pas de vous.
    La méchanceté d’une personne (qui donc n’a pas passé le premier accord) parle de cette personne, pas de vous. Le mensonge concerne celui qui le prononce, pas vous. Ces dysfonctionnements ne vous concernent pas, ils concernent celui qui les porte et les colporte.
    N’en faites pas une affaire personnelle.
  • Ne supposez rien
    Vous avez du mal à vous comprendre et à vous connaître vous-même, comment pourriez-vous deviner pour quelqu’un d’autre ?
    Vous ne pouvez qu’imaginer selon votre prisme ce que l’autre pense ou a voulu dire ou a vécu dans sa chair. Le prisme de chacun est un mystère qu’il convient d’admettre dès maintenant.
    Vous ne savez rien tant que vous n’avez pas posé la question. Le respect de l’autre et de soi passe par cette exigence de questionner pour mieux comprendre, d’admettre que nous ne savons pas tant que nous n’avons pas posé la question, et donc, tant que nous ne nous sommes pas exposés nous-même en la posant.
    Oui, comprendre est aussi un acte d’amour et de confiance. Ne supposez rien, qui mieux que l’autre peut savoir ?
  • Faites de votre mieux
    Miguel Ruiz a pensé à nous …. nous faisons avec la personne que nous sommes à l’instant présent. En fonction de nos expériences, de notre vécu, de notre fatigue, de notre émotion, de notre capacité sur l’instant à ne pas prendre les choses de façon personnelle, ou à ne rien supposer.
    Loin de nous donner de quoi être jugeant avec nous-même, Miguel Ruiz nous demande d’être indulgent : faisons de notre mieux, et si aujourd’hui le mieux est un peu en dessous de ce que nous espérions, demain sera sans doute ce mieux. Le but est l’essence.

Vous n’avez pas lu les 4 Accords toltèques, vous partez peut-être du principe (comme moi jusqu’il y a quelques jours) que ce livre tant vendu est surement simpliste et pour les dilettantes. Eh bien non. Les mots sont simples, l’objectif l’est aussi. En s’appliquant ces 4 principes vous allez changer votre vie nous dit-il en préambule. Eh bien oui, sans doute. Petit à petit, pas à pas, mais réellement.

Bonne route Toltèque à tous !